Community Amigo : roundmidnight

6

Le lomographe @roundmidnight a rejoint la joyeuse troupe des Community Amigos ! Interview.

Nom : Laurent Demilly
Lomohome : @roundmidnight
Ville : Roubaix
Âge : 46

Hey ! Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur toi ?

J'ai toujours été attiré par le monde de l'image. J'ai rêvé longtemps de devenir journaliste : (« partir et revenir pour raconter » ; en ramenant des textes et des images), avant d'être séduit par le domaine de la publicité. J'ai travaillé un peu pour des services de communication de firmes automobiles, puis collaboré à un journal, avant d'opérer un virage à 180 degrés et rejoindre l'Education Nationale. Aujourd'hui je suis enseignant spécialisé dans la grande difficulté scolaire. Je suis aussi passionné par le rock'n'roll. Quand je ne me cachais pas derrière un appareil photo, je jouais de la guitare électrique... Enfin, je m'intéresse beaucoup à l'automobile ancienne. Je traine souvent dans des meetings ; c'est pourquoi on trouve beaucoup de clichés de voitures sur mon lomohome.

Depuis combien de temps es-tu lomographe ?

A la fin des années 1980, j'ai découvert la photographie (alors forcément argentique) lors de cours d'optique puis en club-photo. A cette époque là, je rêvais devant la vitrine d'un photographe, d'un combo Zenit comportant un boitier et 3 objectifs et qui coûtait 1000 francs (150 euros) ; beaucoup trop pour mon budget d'étudiant... Des études en communication m'ont donné des connaissances théoriques sur la photo, et l'image en général. Ayant quitté professionnellement « le milieu de l'image » pour enseigner, j'ai fait une longue pause dans le domaine de la photo.
J'y suis revenu par hasard; un oncle m'ayant fait cadeau d'un Agfa Isola I, j'ai commencé à collectionner les appareils anciens. Cela a duré plusieurs années sans que je ne les utilise. Jusqu'au jour où j'ai décidé d'essayer de mettre une pellicule dans un Voigtländer Vito. Mes premières photos, de 2012, étaient nulles et absolument sans intérêt, mais enfin, l'essentiel était fait : j'avais remis le doigt dans l'engrenage et rejoint la communauté. Aujourd'hui, je ne saurais plus arrêter...

Quels sont les appareils photo que tu as ?

J'en ai quelques-uns, puisque je suis avant tout un collectionneur. J'aime beaucoup les modèles allemands (Agfa bien sûr, puisque c'est avec un Isola I que tout a commencé) et aussi les russes, (à cause de ce fameux Zenit dont je rêvais). Par nostalgie toujours, je suis à la recherche dans les vide-greniers de « réflexes » japonais des années 1970/1980. Je cherche aussi des toy-cameras. Comme utilisateur d'ailleurs, les Diana et Holga ne m'ont jamais déçu. Avec eux, j'ai trouvé ces fameux appareils qui « marquent » l'image. Je viens d'acheter un clone de Diana, un « debonair » ; je suis en train de le tester, et j'attends les résultats avec impatience.

Peux-tu nous raconter ton expérience avec ces appareils photo ?

C'est assez amusant car au départ, j'ai voulu utiliser des appareils « vintage » pour retrouver les caractéristiques des clichés des années soixante. En mettant une pellicule actuelle dans un appareil de 1962, j'avais juste oublié qu'un bon reflex de cette époque là reproduisait déjà parfaitement la réalité et que les caractéristiques des clichés rétros étaient surtout dûs aux pellicules, à la chimie, et aux papiers utilisés... J'ai donc été longtemps déçu des résultats avant de découvrir les « toys cameras », le Lomo LC-A, et le traitement croisé...

Quel est ton appareil Lomography préféré ? Et pourquoi ?

Disons mes deux appareils préférés : sans hésitation, le Diana F+ et le Holga... J'aime beaucoup le Diana F+. Je trouve que c'est une excellente réédition qui respecte l'esprit du Diana 1960's. Avec l'avantage de pouvoir fonctionner en 6X6 et non en 4X4 ; ce qui permet d'éviter les mauvais cadrages de certains labos photo. Je trouve vraiment les résultats intéressants ; surtout grâce aux caractéristiques de sa lentille. Le Holga a des points communs avec le Diana mais le mien sature vraiment plus les couleurs. C'est un effet que j'apprécie énormément. Dans un autre genre, j'utilise aussi le Pop 9 qui permet de travailler l'abstraction, d'isoler des lignes et des motifs en comptant sur la répétition pour rendre une image un peu surréaliste.

A ton avis, pourquoi on continue de faire de l’argentique ?

En 1990, lors d'une formation en audiovisuel, mon professeur de publicité nous avait dit : « Vous avez de la chance, vous êtes les enfants du videoclip. La vidéo ne coûte rien, on peut prendre des images à l'infini, sans limites, quand on faisait de la photo ou du film, c'était diffèrent. » Je crois que tout est résumé dans ces mots : l'argentique est bien plus précieux que ce qui ne coûte rien, justement. Sa pratique oblige à choisir en permanence, à réfléchir, à prendre du temps. Il est impossible de multiplier les prises de vue. On oublie les rafales, les dizaines de cadrages du même sujet. On est obligé d'attendre le moment juste, l'instant rare. C'est ça, qui pour moi, rend l'image argentique précieuse.
En digital, en « mode rafale », on est sûr de ne pas manquer « l'instant décisif » cher à Henri Cartier Bresson, mais au final, on obtient des clichés un peu aseptisés, froids, et sans âme. Personnellement, je ne « travaille » qu'en argentique, peut être en mémoire de ce temps où tout allait moins vite. Il y a un indéniable côté nostalgique dans ma démarche.

Quels sont les endroits que tu aimes photographier ?

J'aime photographier les paysages urbains, mais je n'ai pas le talent de polka, rewd ou de theblues pour faire « du beau » avec la ville.
Je fais essentiellement des photos de voyage. La mer est un grand sujet d'inspiration et j'aime surtout photographier des lieux qui me dépaysent. Je m'essaie un peu à la photo de rue, mais je maîtrise mal le noir et blanc ; ce qui n'est pas toujours compatible. Et puis, la loi n'est malheureusement pas de notre côté à ce niveau...

Peux-tu nous parler un peu des photos que tu as choisies de nous montrer ?

Il m'est difficile de parler de mes images. D'ailleurs, ce sont souvent des prises de vue pour lesquelles le hasard a joué un très grand rôle.

Par exemple, la 2 cv sur l'ile de Ré est un peu emblématique de mon lomohome. C'est sans doute un de ces instants précieux dont j'ai parlé plus haut. En arrivant sur le port, ce jour là, j'ai sauté de ma voiture pour photographier la Citroën avant que quelque chose ne change ; la lumière, un camion qui viendrait se garer juste derrière, par exemple. Je me doutais que je tenais une « bonne » image, mais ce sont le Holga et le développement en traitement croisé qui ont fait le reste. Ce qui est étonnant, c’est aussi que, sémiologiquement, cette photo représente parfaitement « la France », par l'association de ses couleurs symboliques, des paysages du fond, et de la petite Citroën.

Pour looking for the aliens, New Beetle aux nuits électriques, grey dolphin, coupoles et pillars, ce sont les appareils (le vignettage du Holga, l'astigmatisme du Diana, la lentille du LC-A) et les pellicules qui font tout...

Le moulin de Leers est assez banal et est situé au bout d'une rue pleine de maisons ; pourtant, sur cette image, il paraît complètement isolé. Cette photo me plait grâce aux couleurs, procurées par la Lomo slide X-pro. Ce bleu d'orage délavé, ces herbes brulées, ces rouges profonds correspondent parfaitement aux paysages du Nord de la France sous la lumière du soir...

Dans toutes mes images, il y a souvent un « vrai » sujet, mais le cadrage, la composition et la lumière ne sont pas toujours suffisamment pesés et réfléchis. Je le regrette souvent à posteriori. Finalement toutes mes photos restent des images classiques, des photos de reportage, elles demeurent influencées par un côté un peu « publicitaire », un peu simpliste. C'est peut être pour moi une sorte de retour aux sources. J'aimerais vraiment savoir réaliser des clichés plus artistiques mais en même temps, cette simplicité me ressemble.

Peux-tu nous recommander des lomohomes que tu aimes suivre ?

Il y en a beaucoup trop... Et tous ont leur intérêt. Citons toutefois ceux dont je déteste vraiment louper une mise à jour.

En noir et blanc :
- @rewd, originaire du Nord comme moi, il m'a beaucoup encouragé et j'admire beaucoup son travail photographique mais aussi littéraire
- @jean_louis_pujol
- @riotxriot, même si elle n'est plus trop présente en ce moment)

Et en couleur :
- @davidb, un de ceux qui m'ont beaucoup appris en matière de Lomography
- @gfree
- @iannsolo
- @alcastan
- @sweetyyydreams
- @gauthierdumonde
- @underthebridgedownton

Merci Laurent !

Théo Depoix-Tuikalepa tarafından, 2016-09-17 tarihinde ve başlığında yazıldı.

6 Yorum

  1. rewd
    rewd ·

    @roundmidnight merci infiniment pour tous ces compliments...

  2. frenchyfyl
    frenchyfyl ·

    Content d'en connaitre un peu plus sur toi !

  3. theblues
    theblues ·

    super amigo!

  4. riotxriot
    riotxriot ·

    Bravo amigo pour cette interview :)
    ..Et merci d'avoir souligné mon absentéisme ;))

  5. alcastan
    alcastan ·

    Hello et merci, continue a nous faire profiter de tes clichés dont j'adore la simplicité.

  6. sweetyyydreams
    sweetyyydreams ·

    Félicitations @roundmidnight pour cet article et ton statut de LomoAmigo! Ravie d'en lire un peu plus sur toi, et merci infiniment de me lister dans les lomohomes que tu recommandes!

Daha İlginç Makaleler